mardi, septembre 26, 2017

 (241) 01 72 20 88

  • Maboumine
  • La SEM signe un partenariat avec Eramet pour développement d'un gisement polymétallique
  • Coopération technique et scientifique entre la SEM et la SOCUIPAMI
  • La SEM prend part au NYFA 2015
  • La SEM fête ses 4 ans
  • Dons de la SEM aux populations en milieu rural

GABON, SEM & ACTUALITES MINIERES

  1. Manganese
  2. Or
  3. Fer
  4. Zinc
  5. Nickel
  6. Barytine
  7. Diamant
  8. Plomb
  9. Phosphates
  10. Éléments du groupe

Le Gabon est actuellement le troisième producteur mondial de manganèse derrière l’Afrique du Sud et l’Australie. 95% de la production gabonaise sont destinés aux industries sidérurgiques. Les gisements sont majoritairement localisés dans le bassin francevillien d’âge protérozoique, dans le sud-est du pays.

 L’exploitation de la mine de Moanda, dans le sud-est du pays, assure près de 25% de la production mondiale. Ce gisement  exploité par le groupe Eramet dispose de  réserves estimées à plus de 150 millions de tonnes à une teneur moyenne voisine de 44%. Un complexe métallurgique ultramoderne, le Complexe Métallurgique de Moanda qui va produire du silicomanganèse et du manganèse métal, y est actuellement en cours de construction. 

Plus de 350 occurrences sont répertoriées à travers le Gabon, principalement dans les terrains archéens. L’exploitation de placers s’est faite essentiellement de manière artisanale depuis les années 30 jusqu’à aujourd’hui.

Il existe de nombreux gisements alluvionnaires à haute teneur et peu de gisements primaires ont jusqu’ici été découverts ou mis en exploitation.

  • Or primaire: Le principal gisement est celui de Bakoudou situé dans le sud-est du Gabon, exploité par le groupe Managem. La production a commencé en 2012 avec une première production de 20 500 onces. Les réserves sont estimées à 280 000 onces avec un potentiel important pour les augmenter.

 Dans la zone d’Eteke, des travaux d’exploration en cours permettent d’envisager jusqu’à 700 000 onces d’or...

Les réserves de fer du Gabon sont actuellement estimés à plus de 2 milliards de tonnes, en raison de la minerai titrant plus de 38%. Les principaux organes de minerai / dépôts existants sont:

Bélinga et les districts environnants: situé dans le nord-est du pays, ils contiennent 1 milliard de tonnes de minerai d'une teneur de plus de 60% avec un potentiel DSO qui s'élève à quelques centaines de millions de tonnes.
Dépôt Milingui: situé dans le sud-ouest, il a indiqué 126 millions de tonnes de ressources jusqu'ici
Lobi Lobi deposit: situé dans le sud-est du Gabon central, il contient environ 168 millions de tonnes de ressources. La note moyenne est d'environ 41% Fe.
Mounts M'bilan: ils sont situés dans le nord-ouest du Gabon et contiennent environ 200 millions de tonnes de ressources avec une teneur de 38 à 45% Fe...

Dépôt Pb-Zn dans Kroussou: situé à l'ouest du pays avec des réserves estimées à la fin de 1970 et jusqu'à 15 000 tonnes de minerai exploitable de plomb-zinc. En Kroussou, la minéralisation stratiforme est un type un lit diffusées et rouge. Il est distribué le long du contact avec la base du crétacé et rectiligne nord-sud. L'assemblage de minéraux comprend: la galène, pyrite, mélangé, barytine, entre autres éléments

La prospection de sulfure de nickel et PGM au Gabon est devenu plus intense avec les travaux menés par Southern Era et Lonmin en 2005-2007. Les indications découverts au Gabon semblent avoir de grandes similitudes avec celles du complexe de Bushveld en Afrique du Sud.

Le roches mafiques à ultramafiques (gabbro, norites et orthopyroxenites) de la séquence ignée Kinguélé coïncide avec l'environnement plus favorable à l'apparition de sulfure de Ni-Cu et PGM minéralisation enregistrée au Gabon...

Dépôt de Barytine dans Dourekiki: situé dans le sud de Kroussou, le dépôt est dit alluviale. Les ressources estimées entre les années 1960 et 1980 sont de 1,2 millions de tonnes à 46% BaSO4. Le minerai est fait de barytine à bandes massive sous forme de vacuoles formant blocs résiduels résultant d'une minéralisation primaire au cours du Crétacé inférieur. Le minerai se produit également sous forme de barytine secondaire chimiquement retravaillé...

L'exploration de diamants a connu un pic entre 1998 et 2003. De Beers et SouthernEra en particulier, ont permis de découvrir plusieurs kimberlites dans cinq districts dont Makongonio-Mbigou et Mitzic sont les plus importants. Diamants potentiels alluviales principalement faits de pierres précieuses est estimé à 160 000 carats...

Dépôt Pb-Zn dans Kroussou: situé à l'ouest du pays avec des réserves estimées à la fin de 1970 et jusqu'à 15 000 tonnes de minerai exploitable de plomb-zinc. En Kroussou, la minéralisation stratiforme est un type un lit diffusées et rouge. Il est distribué le long du contact avec la base du crétacé et rectiligne nord-sud. L'assemblage de minéraux comprend: la galène, pyrite, mélangé, barytine, entre autres éléments...

Les phosphates existant au Gabon

Magmatogenic, associée à la complexe alcalin de carbonatite de Mabounié, qui contient des phosphates et de niobium dans la connectivité. Ressources Phosphates sont environ 140 millions de tonnes P2O5 et au niobium métallique 24% des ressources sont estimées à 3 millions de tonnes de minerai à une teneur moyenne de 1,3% Nb2O5. Le projet pour l'exploitation du gisement est exploité par le groupe minier français Eramet. Il s'agit d'un gisement de classe mondiale. Le complexe alcalin de la Ngoutou, qui est situé à l'est du pays, a des caractéristiques similaires à celles du complexe de la Mabounié...

La prospection de sulfure de nickel et PGM au Gabon est devenu plus intense avec les travaux menés par Southern Era et Lonmin en 2005-2007. Les indications découverts au Gabon semblent avoir de grandes similitudes avec celles du complexe de Bushveld en Afrique du Sud.

Le roches mafiques à ultramafiques (gabbro, norites et orthopyroxenites) de la séquence ignée Kinguélé coïncide avec l'environnement plus favorable à l'apparition de sulfure de Ni-Cu et PGM minéralisation enregistrée au Gabon...

next
prev

Depuis 2009, le Gabon met en œuvre une ambitieuse stratégie de développement afin de remplir à l’horizon 2025 les critères communément admis pour être classé comme un pays émergent. Baptisée Gabon Emergent, cette stratégie a pour objectif d’obtenir un développement économique et social équilibré dans le respect de l’environnement afin que les richesses du pays concourent à une amélioration générale des conditions de vie des Gabonais.

 Mettre les ressources naturelles au service du développement

Grande pourvoyeuse de richesses, l’industrie extractive occupe une place de premier plan dans le cadre de cette stratégie de l’Emergence.

 
« Le secteur minier et celui des hydrocarbures jouent un rôle primordial dans la mise en œuvre de notre stratégie de développement, celui de « carburant de l’Emergence ».
Ce sont les revenus que le Gabon tire de l’extraction de ses ressources naturelles qui nous permettent de financer nos grands programmes d’infrastructures socio-économiques et la diversification de notre économie. Il est dès lors crucial pour l’Etat d’améliorer la gestion de ses ressources naturelles. Nous voulons  optimiser les retombées économiques pour le Gabon tout en renforçant notre compétitivité pour les entreprises déjà présentes au Gabon et notre attractivité auprès des investisseurs étrangers et nationaux.

Le Gabon peut, grâce à ses ressources et à ses compétences, changer en une génération le niveau de vie de tous ses citoyens et poser les fondations d’un pays prospère pour les générations futures.» SE Ali Bongo Ondimba, Président de la République, Chef de l’Etat

 Optimiser la gestion des ressources naturelles

Dans le cadre de son Plan Stratégique du Gabon Emergent (PSGE), le Gabon a élaboré un Plan Opérationnel Sectoriel Mines et Hydrocarbures qui repose sur 3 axes stratégiques :

  • Axe 1 : optimiser les recettes minières et pétrolières.
  • Axe 2 : promouvoir un tissu industriel national dans le secteur des mines et hydrocarbures.
  • Axe 3 : renforcer les capacités nationales dans le secteur des mines et hydrocarbures.

 

Pour mettre en œuvre cette politique, le Plan Opérationnel s’inspire des meilleures pratiques internationales et notamment de la Charte des Ressources Naturelles (www.naturalresourcecharter.org) qui recommande au niveau de l’Etat :

  • La séparation des fonctions réglementaires et administratives des fonctions commerciales au sein du gouvernement.
  • L’encouragement des investissements du secteur privé.
  • La promotion au niveau national d’une chaîne de valeur ajoutée.

 La création de la Société Equatoriale des Mines s’inscrit dans cette ambition :

  • Valoriser au mieux les ressources naturelles du Gabon par le développement de son potentiel minier.
  • Optimiser la gestion des ressources naturelles en gérant commercialement les participations de l’Etat dans le secteur minier.